Rechercher dans ce blog

samedi 3 décembre 2016

17 décembre 2016 - Suppression de jours fériés catholiques ?

Devons nous supprimer les fêtes catholiques et Noël de nos calendriers ? - 17 Décembre 2016 !

Noël arrive, mais Noël c'est quoi Noël ? Dans une société multi-culturelle et multi-religieuse les jours fériés liés à des dates du seul calendrier catholique ont-ils encore un sens ? 

Si on supprime Noël du calendrier, pourra-t-on encore croire au Père Noël ? 

"Après tout, puisque l'on recherche ici avec assiduité, le vivre-ensemble et le multiculturalisme apaisé, les diverses composantes du pays sont en droit, même si elles sont minoritaires, de réclamer, deux ou trois jours par an, de pouvoir imposer les rites et les rythmes de leurs croyances à tout le pays. Tout cela serait bel et bon si en ce moment ne prospéraient pas ces tensions communautaires et ces dissensions culturelles, qui, tous les jours que le Bon Dieu fait, se rappellent désagréablement à notre attention." André Bercoff

Ce qu'en pense les DRH.......

"Peut-on, au nom de la laïcité, éradiquer tout signe chrétien du paysage public, et le doit-on? Telles sont les deux questions que la passionnante enquête de Delphine de Mallevoue (Le Figaro du 26 mars) sur les procédures contre les signes religieux incite à se poser. «Tout est chrétien» se désolait Sartre au lendemain de la Guerre … Deux mille ans de christianisme ont laissé dans notre culture, notre langue, nos paysages, nos mentalités des traces si profondes qu'on voit mal comment on pourrait les effacer. Interdire aux cloches de sonner, détruire ensuite les églises, briser les calvaires, cacher les statues, travailler le dimanche, et à Noël, et Pâques, et ne plus prononcer le nom de ces fêtes, ne plus dire «battre sa coulpe» ni «avoir voix au chapitre»… Débaptiser villes et villages portant un nom de saint… Interdire à Madame Taubira de s'appeler Christiane, qui signifie «chrétienne»"… Jean- François Chemain 

Dounia Bouzar déclare : « Je pense que la France a montré l’exemple de la laïcité au monde en instaurant la première la liberté de conscience, d’avoir la religion de son choix ou de ne pas croire en dieu. Elle doit donc continuer à montrer la voie. Aujourd’hui tous les Français fêtent Noël et je pense qu’il faudrait également qu’un de nos jours fériés soit celui d’une fête juive et d’une fête musulmane. »  ref http://www.lavie.fr/debats/chretiensendebats/faut-il-supprimer-des-fetes-chretiennes-au-nom-de-l-egalite-entre-les-religions-27-09-2013-44603_431.php

Pour l'abbé Grosjean, secrétaire général de la Commission éthique et politique du diocèse de Versailles, «il faut arrêter de bousculer les repères auxquels les Français sont attachés!». «Ce calendrier est le fruit d'une histoire, d'une culture, un reflet de ces racines chrétiennes qui font partie de notre patrimoine». 

Nos sociétés occidentales, nous le savons, deviennent de plus en plus individualistes. Or, un jour férié est aussi, et peut-être avant tout, un moment de communion nationale. C’est avant tout un peuple qui chôme ensemble, pour se retrouver en famille, entre amis, en nation. [...] Supprimer des jours fériés du calendrier pour les remplacer par des jours de congé que l’on prendrait quand on veut, c’est encore donner plus de place à cet individualisme croissant en laissant de côté ce qui est au fondement de la nature humaine : la société dans laquelle il vit ! ref : Un prêtre défend la caractère férié desz fêtes chrétiennes.


Onfray : L'Europe est chrétienne.


Si nous interdisons les crèches de Noël ... doit-on supprimer aussi Noël : Voyez-vous, Noël n’est pas l’anniversaire de la naissance du père Noël (je suis désolé si je casse ici une croyance ancrée en vous) mais bien celle de ce Jésus. Interdire une crèche sans interdire toute manifestation publique de cette fête est aussi stupide que si vous autorisiez la fête de l’andouillette tout en interdisant la consommation d’andouillette le jour de la fête de l’andouillette. ref  :  Doit-on interdire la fête de Noël au nom de la laïcité ?

La loi dans l'éducation :  "Des autorisations d'absence doivent pouvoir être accordées aux élèves pour les grandes fêtes religieuses* qui ne coïncident pas avec un jour de congé (...). L'institution scolaire et universitaire, de son côté, doit prendre les dispositions nécessaires pour qu'aucun examen ni aucune épreuve importante ne soient organisés le jour de ces grandes fêtes religieuses."De là a ce qu'un élève s'invente une religion de la paresse avec fêtes 365 jours par an !

1 commentaire:

  1. Un sujet d'actualité !
    Je serai au club-discussion.
    A samedi !

    RépondreSupprimer