Rechercher dans ce blog

mercredi 5 février 2020

22- février - 2020 - Vivre seul.e ou mal accompagné.e ?


Dans le célèbre film Vertigo , Scottie (James Stewart) va s’éprendre de la belle Madeleine (Kim Novak) qui lui ment et le manipule. Elle?, elle en meurt. Scottie aurait-il-du rester célibataire plutôt que de chercher à être mal (très mal) accompagné. 

Le nombre de personnes vivant seules est en augmentation: "Le premier [des facteurs] est lié à l’allongement de la jeunesse. Un nouvel âge de la vie s’est développé, entre le départ du domicile des parents et la formation d’un nouveau couple, phénomène résultant de l’allongement des durées de scolarité et des difficultés d’insertion dans le monde du travail. La part de jeunes résidant seuls a doublé entre les années 1960 et la fin des années 2000."

Entre une vie sans partage et une vie à deux forcément plus dans la conciliation et même peut-être parfois inévitablement conflictuelle, que devons nous choisir ? rester seul avec l'espérance et le risque de ne rien construire ou se lancer dans ce qui est une aventure peut-être même l'Aventure.



S'II est effectivement préférable, pour ceux qui le peuvent d'affronter la solitude plutôt que de supporter quelqu'un de dangereux voire d’antipathique ou même d’inintéressant, pouvons nous tous rester seul et trouver le bonheur?

Est-ce encore vivre que de rester seul?
Les gens seuls pallient souvent la solitude par la présence d'un animal. Pourrions-nous dire la conversation d'un chat ou d'un chien est plus intéressante que celle d'un partenaire?

La solitude est sans aucun doute un facteur de dépression. Le couple (amour ou amitié) est-l la solution pour (re)trouver le bonheur?



Mère Teresa

Emile Durkheim  (1858 -1917 )
Mère Teresa nous dit : « La pauvreté la plus terrible est la solitude, et le sentiment de ne pas être aimé. ».

Durkheim est encore plus radical, partant de l’observation du plus grand nombre de suicidés parmi les célibataires, les divorcés et les veufs par rapport aux personnes mariées et s’inquiétant de la direction prise par la société, il se prononçait contre le divorce.
Une étude de la fondation de France de 2016, semble confirmer le lien entre pauvreté financière, difficulté professionnelle et solitude : "Rejoignant de nombreux travaux (Castel 1995, Pan Ké Son 2003) et maintes fois vérifiés, (Bigot 2001,2006, Hoibian 2011, 2013), l’étude montre que les conditions de vie participent des facteurs d’affaiblissement ou d’empêchement du lien social et potentialisent le risque d’isolement. Les isolés sont surreprésentés parmi les chômeurs et les inactifs non étudiants, des personnes au foyer pour l’essentiel. Plus du tiers des isolés ont des bas revenus, contre un quart dans l’ensemble de la population. Les isolés sont par ailleurs surreprésentés parmi les Français qui s’imposent des restrictions sur leurs dépenses de santé et d’alimentation."

Lecture : 11% des personnes qui se sentent « tous les jours ou presque » ou « souvent » seules attribuent leur sentiment de solitude au fait d’être célibataire ou séparé de leur conjoint.
Ce qui vient en second des causes de cet isolement c'est l’absence de couple.

Ce qu'il y a de déprimant dans avoir la solitude comme compagne c'est que l'on ne peut pas en divorcer?

Alors seul.e ou mal accompagné.e ? vous choisissez quoi ?



références :
http://www.observationsociete.fr/structures-familiales/personnes-seules/evol_vie_solo.html

https://www.atlantico.fr/decryptage/1564762/plutot-seul-que-mal-accompagne-la-preuve-par-les-chiffres-quand-se-disputer-entraine-une-mort-prematuree-francois-baumann

https://www.fondationdefrance.org/fr/solitude-comment-retrouver-le-chemin-du-monde?gclid=Cj0KCQiA7OnxBRCNARIsAIW53B868osF6XKilIoEf0cHLL_E3sXEs_RGEKjVjdhxZeV77Y7lMN7i_OwaAlgJEALw_wcB

https://www.persee.fr/doc/rfsoc_0035-2969_1997_num_38_4_4666

Alors pourquoi il reste avec ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire