Rechercher dans ce blog

samedi 25 septembre 2021

23 octobre 2021 - Pouvons nous encore faire peuple ?

 

Pour NKM, le métro parisien est "un lieu de charme" qui a "des moments de grâce"

Encore faudrait-il définir ce qu'est un peuple ?  Le Petit-Robert nous propose deux définitions :

--------------------------------------------------------------------
peuple
nom masculin et adjectif invariable
  1. 1.
    Ensemble d'êtres humains vivant en société, formant une communauté culturelle, et ayant en partie une origine commune.
    Le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes.
    Synonymes :
    nation
    pays
    population
    société
    ethno-
  2. 2.
    Le peuple, un peuple 
    l'ensemble des personnes soumises aux mêmes lois et qui forment une nation.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

De mon point de vue ces deux définitions s'opposent. En effet dans la première l'individu appartient à un peuple par le partage d'une culture et d'origine. Il s'agirait donc de génétique, d'histoire et d'identité culturelle donc de sentiment d'appartenance et dans la seconde la chose n'est que légale. L'individu est alors soumis à un ensemble de lois dans ce qui est une nation.    

La seconde définition a pour elle de ne pas soulever de question philosophique et même en quelque sorte de l'évacuer. Elle est purement géographique, si vous êtes sur un territoire national, alors vous en subissez les lois et faite donc partie du peuple local.

C'est donc d'avantage sur la seconde que nous nos questionnerons et sur les limites qu'entrainent l'existence ces deux définitions.

Peuple : Un vouloir vivre collectif ?

Il reste un troisième sens que nous apporte Wikipédia :

  [Un  peuple est] un « ensemble de personnes qui, n'habitant pas un même territoire mais ayant une même origine ethnique ou une même religion, ont le sentiment d'appartenir à une même communauté »1. Ici, le peuple n'est défini que par une culture, voire une tradition commune. C'est la vision la plus étendue de la notion de peuple.

Cette troisième définition ne nous aide pas non plus, à moins de faire com M. Sarkozy et d'inventer une origine fictive.


"Dès que l'on devient Français, nos ancêtres sont gaulois."

Nicolas Sarkozy résout l'aporie avec la création d'une origine fictive déjà employée dans les manuels de la troisième république. Vérité et peuple sont-ils des concepts incompatibles ?


    "LE PEUPLE" est le premier mot  du préambule de la constitution française. La base de la base comme diraient des jeunes élèves de collège et pourtant on ne peut s'entendre sur une définition : "Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l'homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu'ils ont  ..."



Mirabeau, nous sommes ici par la volonté du peuple ....



Pourtant le mot de peuple est partout ou presque


Il est intéressant de remarquer que le mot "peuple" en tant que tel n'existe pas dans la langue anglaise, espagnole, portugaise, italienne, hébraïque allemande .... ni aucune autre en fait. Il est synonyme de "Gens" pour la plus part des langues. A en croire Google traduction, les deux seules exceptions sont l'arabe et l'espagnol.


Cependant en Espagnol Peuple si dit pueblo qui signifie aussi village et en arabe peuple se dit الشعب ou alshaeb qui signifie aussi les personnes.

A en croire Google Traduction. Le mot peuple est unique uniquement dans la langue française.

Le droit des gens à disposer d'eux-mêmes est-il la même droit que le droits des peuples à disposer d'eux-mêmes ?

Quand au therme Démos qui signifiait en grec ancien le peule ...



Alors c'est quoi ce mot si Français: 

Peuple = classe sociale ? 

Michel Onfray, 2015 « Le peuple c’est ce sur quoi s’exerce le pouvoir, donc le peuple c’est celui qui s’en prend la figure tous les jours, tous les jours, c’est celui qui va au boulot le matin."
Comment résister à s'interroger sur cette définition donnée par M. Onfray. Le peuple d'Israël est il constitué principalement par la population musulmane de Gaza, parce qui si c'est ceux qui en "prennent la figure tous les jours" ....
François Mitterrand, 1974 « Qu’est-ce que vous pouvez dire aux salariés qui vivent avec un Smic et qui ne tient plus comte de la capacité de l’augmentation constante des prix ? Il faut vraiment beaucoup de courage et de sens civique à notre peuple pour garder ce sang-froid, cette sérénité et finalement cette confiance. »


Le peuple c'est quoi ? C'est qui ?
 
Si c'est juste un sentiment d'appartenance, comment en parler pour les autres, le peuple est-il plu que des gens, un village, une commune ?

Le peuple viendrait du partage d'une expérience politique?

Une fois défini nous interrogeront la notion de peuple pour nous poser la question 

Le conseil de discipline


Le peuple un autre Zardoz ?

Ensuite la question : ce peuple, certes indéfini, à qu'elle(s) condition(s) pouvons nous en constituer un ?

dimanche 12 septembre 2021

25 septembre 2021 - l'Expérience Chamanique - Qui est l'animal qui est en nous et où est-il ?

 


Depuis quelques années, les voyages chamaniques sont devenus des voyages touristiques cotés. Est-ce le manque de nature, notre culture qui s'en détache trop ou trop vite ? Est-ce un goût pour les espaces délaissés qui redeviennent des espaces à découvrir ?

 Que ce soit par les voyages chamaniques organisés 


 

Ou encore en suivant les histoires de Corine 


Nous voulons voyager dans le monde d'en bas, rencontrer son animal totem avec un peu d' 

Ayahuasca

 ou pas. Que cherchons nous ? 

Après notre cérémonie, nous nous poserons les questions : 

                        Qui est l'animal qui est en nous  et où est-il ?

Et  pourquoi cette fascination et pourquoi cela nous apparait comme normal (si une personne nous déclarait vouloir rencontrer sa boite 'allumettes ou sa machine à laver totem, qu'en penserions nous ?) 

Ref :

France Culture : Sommes nous des animaux ?



mercredi 21 juillet 2021

[Guinguette-Philo ] Samedi 31/07/2021 17h30 au Petit Bal Perdu à Noé (31410)


 


Il semble bien que vous ne soyez pas tous partis à la mer et encore moins habiter des châteaux en EspagneDu coup, pour ceux qui souhaiteraient une autre sociabilité que celle des réseaux sociaux numériques, nous vous convions à un débat, dans une guinguette : Le Petit Bal Perdu à Noé (31410).

La question qui nous occupe est simple. Avons nous besoin d'autre chose que de Facebook, Snapchat et autres Whatsapp ou Skype pour être heureux ? Que nous apporte ou nous apporterait pour les plus numérique, une sociabilité "Hors ligne" que ne peut pas nous apporter celle proposée par les services numériques.




Il n'est pas question de discuter de notre besoin de lien social. Dans l'Antiquité, Aristote (384-382 av. J.C.) pose que la société humaine est aussi naturelle que les diverses sociétés animales. L'homme est un « animal politique » (Polis signifie « cité » en grec: le terme de « politique » n'est donc pas à prendre dans son sens moderne). L'homme, dit Aristote, n'est ni un Dieu, ni une bête: il doit vivre en communauté. Celui qui vit à l'écart, parce qu'il n'éprouve pas le besoin d'être avec les autres ou parce qu'il en est incapable, ne peut pas être considéré comme un homme.

Une caresse, cela fait du bien, mais ne peut on la remplacer par une caresse numérique ? 

Notre sociabilité en "face à face" baisse bien. Elle a  a fait l’objet de vérifications statistiques. Il y a bien  une baisse de la sociabilité en face-à-face des Français. Cette affirmation est aussi au cœur de la thèse de Putnam (2000) pour qui la sociabilité des Américains s’est dégradée sur les cinquante dernières années.

Depuis 18 mois, le choix ne nous est même plus donné : plus de bise, d'embrassade ,de grande manifestation de foule.  Qu'est ce qui nous manque, s'il nous manque quelque chose. Pourquoi est-ce important ou pas ?Certains répondrons le sexe. Mais le sexe est de plus en plus un pratique solitaire. Et si après l'amour l'animal est triste, l'est-il après Facebook? 


Besoin de se toucher ?

Fabienne Martin-Juchat, professeure en sciences de la communication à l'université Grenoble Alpes déclare à propose des rassemblement parisiens au jour de la sortie du confinement : «Ces rassemblements sont compréhensibles et totalement non surprenants. L'élan de socialité est un élan vital, c'est comme manger et boire. Une personne privée de contacts sociaux dépérit. Pour les jeunes en particulier, le besoin de socialité à l'autre est plus important que le risque d'être contaminé».
- Cela semble limité la sociabilité au contact physique.



Le psychothérapeute Bruno Vibert rajoute que le manque de contacts physiques peut être mal vécu: «Toucher et être touché est nécessaire à notre équilibre. C'est bien plus qu'un besoin biologique. C'est un sens qui permet de percevoir les émotions chez l'autre. Il valide l'affection des proches et éloigne les peurs.»
- Ne peut on le faire avec un émoticône ?   
Un bisous en virtuel ? C'est mieux ou moins bien ?
De manière plus générale, les émoticônes sont devenues une manière de communiquer à part entière. La très grande majorité des sondés les utilise pour alléger l'ambiance des conversations (93%) et montrer son soutien aux autres (91%). L’emoji serait d’autant plus apprécié qu’il rend, pour 62% des gens, les conversations plus "fun" et légères, voire permettent, pour 42%  des sondés, de mieux traduire un état d’esprit qu’avec des mots.  65% des utilisateurs d’emojis se disent même plus à l'aise pour exprimer leurs émotions par ce biais que par un simple appel téléphonique. L’émoji est également  plus rapide pour faire passer une émotion que de la traduire en mot.

S'il est entendu que l'ors un câlin, notre cerveau se charge d'ocytocine, l'hormone du bien-être. Un anxiolytique naturel qui fait baisser le cortisol, en d'autres termes, le stress, que fait sur notre cerveau l'mage de l'être aimé nous envoyons un baiser, la lecture d'un poème de celui ou celle qui nous déclare son sentiments. Roxane aimait bien Cyrano pour ses écrits, non ?

Déclaration d’amour de Cyrano à Roxane
Votre visage est un poème.
Vos yeux sont un poème.
Votre regard est un poème.
Vous êtes belle comme une perle.
De la perle blanche, vous avez la pureté céleste, la préciosité, la délicatesse.
Je ne peux imaginer la vie
sans votre présence auprès de moi,
sans la tendresse de vos paroles et la douceur de vos doigts.

Vous êtes mon amour,
ma passion,
mon incessante admiration,
vous me rendez si heureux,
que je ne peux être qu’amoureux.
Je vous offre donc mon cœur,
inondé par tant de bonheur,
il vous appartient pour toujours,

À toi ma Roxane.

Qu'en pense Roxane ?

Alors ? Avons nous besoin de nous toucher, de nous renifler de nous sentir pour être heureux ou peut on le remplacer par d'autres type de message, par des messages électroniques, par les réseaux sociaux ? Meetic crée la rencontre, mais devons nous la "dévirtualiser" ? La rencontre physique nous apporte elle plus de bonheur ?

Et le virtuel peut-il nous caresser ?

 Les Sextoys connectés

Ils s’appellent Kiiroo ou encore Lovense, et ils arrivent. Pour notre plus grand bien… Les sextoys connectés (aussi appelés sextoys télédildoniques) ne sont pas de simples sextoys. En effet, ceux-ci permettent d’échanger en temps réel les mouvements effectués depuis et vers un autre jouet.

Clones


Ce café philo  est une rencontre est en physique pas de visio :)

Quelques références

Extrait de l'article

Les Français discutent en une semaine avec dix-sept personnes différentes sur des sujets non professionnels. Parents, collègues et amis composent presque à égalité les trois quarts de ce réseau, le reste se partageant entre le voisinage, les associations, les commerçants, les simples relations. On observe une présence plus affirmée des amis pendant la jeunesse, des collègues pendant l'âge mûr, de la parenté pendant la vieillesse. Les comportements de sociabilité restent marqués par le partage traditionnel des rôles entre les sexes : c'est d'abord aux femmes qu'incombent les relations avec les proches — parents, commerçants, voisins. En milieu populaire, toutefois, celles qui exercent une activité professionnelle diversifient sensiblement leurs contacts.
    Les relations de parenté mises à part, les diverses composantes de la sociabilité tendent à se cumuler : un dixième des actifs concentrent le tiers des discussions personnelles entre amis ou collègues. Plus liée au diplôme qu'à la fortune, la sociabilité présente tous les traits d'une pratique culturelle...
    Le dixième de la population active concentre un tiers des discussions entre amis ou entre collègues
    Un des aspects de la corrélation entre sociabilité et capital culturel est que le fait que les plus fortes concentrations de relations s'observent dans des groupes sociaux numériquement très restreints. L'examen des carnets est éloquent : professions libérales, professeurs, artistes, fonctionnaires du « cadre A », instituteurs et travailleurs sociaux ne représentent, réunis, que 1 0 % de la population active masculine, mais rassemblent 34 % de ses relations d'amitié ou 35 % de
    ses relations de travail, et « seulement » 24 % de ses relations de parenté et 23 % de ses relations de voisinage. La situation des ouvriers est inverse : 35 % des hommes actifs sont ouvriers qualifiés ou non qualifiés, ce qui en fait de loin le groupe social le plus nombreux, mais on ne peut leur imputer que 1 7 % des relations amicales attestées dans la population active, 1 5 % des relations de travail, 1 5 % des relations de voisinage. Et si la parenté prend dans leur modeste réseau une importance relative qu'elle n'a pas dans les classes supérieures, elle ne représente encore que 20 % des relations de parenté déclarées par l'ensemble des actifs. Le fait que, dans l'ensemble, les diverses composantes de la sociabilité se cumulent au lieu de s'exclure et restent très concentrées dans l'espace social remet en place quelques idées reçues. À la suite de Georg Simmel, qui fut au début du siècle l'un des premiers sociologues à mettre la sociabilité au centre de ses préoccupations, on a souvent tiré argument de la pluralité des rôles sociaux endossés par chacun pour affirmer qu'elle donnait du jeu au comportement individuel et venait desserrer les contraintes sociales. Au lieu d'être pris dans un rôle unique, vous êtes tour à tour parent, ami, voisin, collègue," membre d'une association, etc., en sorte que vous n'investissez jamais qu'une fraction de votre personne dans chacune de ces activités. Simmel voyait dans la grande ville un lieu par excellence de cette libération. Mais, à la lumière des résultats exposés ici, cette image de l'agent social multicartes apparaît sous un autre jour. Ce n'est pas parce que l'on passe d'un secteur de la sociabilité à l'autre que l'on devient un autre homme. La même personne cumule les divers rôles et elle ne pourrait le faire si elle ne détenait pas un même ensemble d'atouts, très inégalement répartis. C'est encore le monde social qui alloue à certains la faculté de pouvoir jouer
    avec lui. 



    Dans une autre étude :


    Les catégories socio-professionnelles les plus aisées ont cessé d’être complètement assurées de leur présent et de leur avenir. Le diplôme, les héritages immobiliers, culturels, le capital social, ne suffisent plus à être et à se sentir en sécurité, ne suffisent plus à avoir du temps et de l’énergie à consacrer aux sociabilités familiales, amicales, amoureuses. Le travail peut être dur, épuisant psychologiquement et physiquement.  Si le travail peut favoriser le capital social, la valorisation de soi, permettre de devenir et de rester quelqu’un d’intéressant, il peut aussi être destructeur et réduire à néant le réseau de relations sociales. Il y a des personnes qui sont happées par leurs engagements professionnels.

    D'une autre étude

    Les jeunes sont aussi ceux qui font le plus état de la dégradation de certaines relations Grossetti, Michel (2021), « La sociabilité des jeunes éprouvée par le confinement », La vie en confinement : études et résultats, n° 6, mis en ligne le 11 mars 2021, https://vico.hypotheses.org/273.
    FIGURE 6 : MENTIONS DE RELATIONS DÉGRADÉES SELON L’ÂGE Pendant le premier confinement

      • Source : Enquête Vico, avril-mai 2020.
      • Champ : Répondant·es de 18 ans et plus résidant habituellement en France (N = 16 224).
      • Lecture : 23,5 % des 18-30 ans mentionnent des relations dégradées depuis le début du confinement.

        Dans l’enquête VICO, les jeunes déclarent souvent des pertes de contacts ou des dégradations de relations parce que le contexte spécifique du confinement les empêche de maintenir tous les liens dans lesquels ils étaient engagés. Ils déclarent aussi un peu plus souvent avoir créé de nouveaux liens, là encore amicaux, notamment en ligne. Pour la majorité des plus jeunes des enquêté.es, le confinement a donc été une épreuve particulièrement importante pour la sociabilité et les relations sociales. Ceux qui sont retournés chez leurs parents pour se confiner ont mieux maintenu les liens familiaux, au prix parfois de tensions et d’une dégradation des relations avec les parents ou la famille proche, mais ils ont dû renoncer encore plus que les autres à échanger aussi fréquemment qu’auparavant avec une partie de leurs amis. Il semblerait aussi qu’un des effets de la crise et du confinement soit un accroissement des contacts familiaux alors que les relations amicales ont été plus impactées. Des amis ayant été perdus de vue, d’autres moins contactés qu’à l’ordinaire. Cela peut amener à réfléchir sur les différences entre ces types de relations, et à leur spécificité dans la crise. Cette étude éclaire également les spécificités et les fragilités des jeunes lorsque la sociabilité qui les caractérise est brutalement éprouvée...


        Quelques points de repère

        « les relations vont aux relations » 

         Ceux qui ont le plus de contacts avec leur famille en ont aussi plus avec leurs amis, ou participent plus à des activités de sociabilité (associations…). Et si les catégories socio-professionnelles se distinguent par la structure de leur contact, il s’établit une « hiérarchie » de la pratique de sociabilité, liée en partie au revenu mais plus au diplôme donc au capital culturel, ce qui fait dire à Héran que la sociabilité est une « pratique culturelle »

        Les personnes qui échangent le plus en face à face sont aussi celles qui communiquent le plus par téléphone. Cela nous amène à discuter le rôle des technologies par rapport aux interactions directes. 

        Définition

        La sociabilité est l’ensemble des interactions sociales qu’un individu développe au quotidien : la finalité n’est pas d’accumuler un « capital » ; le terme « sociabilité » a donc un sens un peu plus large.

        Effort 

        Dans l’idée de capital social, l’individu produit un « effort » qui peut bénéficier à ceux avec
        qui il interagit 

        Thèse 

        La thèse de Hampton et al. (2009) est également celle défendue par Mercklé, pour eux il n’y aurait pas globalement de baisse de la sociabilité, en tout cas en France, mais un remplacement de la sociabilité « directe », en face à face, par une sociabilité « médiatisée » par des dispositifs techniques, le téléphone hier, Internet et en particulier les réseaux sociaux aujourd’hui. 

        Liens forts et lien faibles

          Les liens forts sont ceux que l’on tisse avec ses proches, ils s’appuient sur une confiance réciproque élevée, fondée sur le respect de normes de comportement tacitement admises, et induisent des relations affectives plus ou moins étendues. amitié.
         Les liens faibles ont une fonction différente. Noués entre personnes qui sont de simples « connaissances »,  ils mettent souvent en relation des personnes culturellement ou socialement éloignées. 

         La sociabilité, c’est donc l’ensemble des liens forts et des liens faibles d’un individu. 

        Facebook

        Selon Cardon c’est une forme particulière de liens (« faibles ») qui serait mise en œuvre, mais globalement la sociabilité des individus s’enrichirait avec l’usage de Facebook.  

        Putnam. Burke, Kraut et Marlow  montrent que l’envoi d’un message privé de réaction à des amis qui postent un contenu sur leur mur, accroît le capital social de l’émetteur, mais que pour les personnes en difficulté personnelle, se borner à lire passivement ce que font les amis, peut être source de réconfort. 

        Le degré de séparation (distance entre deux individus tirés au hasard dans un réseau) est égal à 4 sur Facebook

        Lire des posts sur facebook tend à réduire le capital social
        _____________________

        Autres articles

        ___________________

        Acte : Avons-nous besoin d’une autre sociabilité que la sociabilité “en ligne” ?


        Le sujet 

        Avons-nous besoin d’une autre sociabilité que la sociabilité en ligne ?


        La méthode Christian en “hors-ligne” avec les adultes

        L’animateur tente par sa méthode de préserver deux objectifs : la rigueur de la pensée avec les trois éléments nécessaires que sont: problématisation, conceptualisation et argumentation, mais en gardant aussi l’objectif de conserver un débat libre et fortement interactif qui sert l’autre but qui est de donner la parole dans un cadre simple et ouvert aux participants.


        Il n’y a donc pas de “tour de parole” ni de main levée. Le débat peut donc très facilement dévier et fortement s’animer. Le rôle de l’animateur est alors de piloter dans des dérapages qui se veulent contrôlés, les sorties de routes inévitables, et de replacer la parole des  participants dans la recherche proposée en rappelant le sujet et en proposant la parole à ceux qui la prennent le moins.


        Il y a donc d’une certaine manière un équilibre entre la rigueur de la pensée philosophique et la liberté laissée à une expression spontanée parfois plus émotionnelle que réfléchie.


        Le lieu 

        Le lieu choisi est important. Il s’agit d’une guinguette en milieu rural. Lieu de convivialité “hors ligne” par excellence, il sera désert pendant nos débats à cause d’une pluie incessante nous obligeant à nous rassembler sous un barnum. 


        Introduction

        L’animateur a fait une introduction devant trois personnes (50 ans environ) pour définir la notion de sociabilité et la notion de lien fort et faible.  


        Le sujet est précisé par l’animateur comme n’étant pas une recherche sur les bénéfices de la sociabilité hors ligne mais une recherche introspective sur les éléments somatiques et psychologiques créés par les deux types de relation.  



        « Les relations vont aux relations » :

        • Ceux qui ont le plus de contacts avec leur famille en ont aussi plus avec leurs amis, ou participent plus à des activités de sociabilité (associations…). Et si les catégories socio-professionnelles se distinguent par la structure de leur contact, il s’établit une « hiérarchie » de la pratique de sociabilité, liée en partie au revenu mais plus au diplôme donc au capital culturel, ce qui fait dire à Héran que la sociabilité est une « pratique culturelle »

        • Les personnes qui échangent le plus en face à face sont aussi celles qui communiquent le plus par téléphone. Cela nous amène à discuter du rôle des technologies par rapport aux interactions directes. 

        Effort 

        Dans l’idée de capital social, l’individu produit un « effort » qui peut bénéficier à ceux avec

        qui il interagit. La sociabilité est définie comme l’ensemble des interactions sociales qu’un individu développe au quotidien : la finalité n’est pas d’accumuler un « capital » ; le terme « sociabilité » a donc un sens un peu plus large.



        Débat en hors-ligne

        Temporalité

        Le débat a été divisé en deux parties, puisque environ à la moitié de celui-ci deux jeunes femmes de 35 / 40 ans nous ont rejoints. La durée du débat a été d’environ 3 heures.



        Quelques paroles recueillies


        • Au delà du Covid, la solitude a beaucoup augmenté et cela augmente aussi la communication en ligne

        • Les gens se surinvestissent dans le télé-travail et donc utilisent beaucoup les communications  en ligne pour la sociabilité de lien faible.

        • La sociabilité “en-ligne” ouvre des possibles en nombre, en distance dans les liens faibles et forts.

        • Selon le goût pour le médium, la sociabilité est modifiée.

        • L’évolution de la société, fait que les femmes quittent plus facilement leur mari. Il y a donc plus de femmes et d’hommes seuls qui ont fait leur vie et ne veulent pas s’engager. Les rencontres en ligne (Tinder) sont moins engageantes. Il est plus facile de rompre une relation amoureuse si c’est une relation créée “en ligne”. Dans les relations hors ligne il y toujours des connaissances communes. 

        • La présence physique est un engagement.

        • Devant l’écran on contrôle la relation, je peux couper la communication, le son, l’image.

        • En ligne, je ne risque rien. 

        • Sur Tinder (application de rencontre) le lien n’est pas établi. C’est un capitalisme de la relation.

        • La relation “en ligne” est moins impliquante, moins engageante mais plus chronophage.

        • La drague en ligne ne garantit pas l’exclusivité. Le garçon peut parler à plusieurs personnes en même temps, c’est très déplaisant. On se sent dans une sorte d’inégalité: que fait l’autre ?

        • Mais un paradoxe réside: en “hors ligne” on réinvente des codes, “en ligne” les filles et les garçons sont à égalité. MAis une fois en physique les choses redeviennent comme avant. Les filles ne font pas le premier pas.

        • La rencontre en ligne établit une sorte de chronologie à l’envers. On se confie d’abord “en ligne” pour apprendre à se connaître un peu avant de se rencontrer éventuellement. Alors que dans la rencontre réelle, on se voit en premier lieu puis on se confie si on sent que l’on peut entamer une relation.

        • C’est une recherche (la recherche de partenaire avec Tinder)  égocentrée

        • Malgré tout les avantages décrits sur le relation “en ligne” (protection, moins de risques…) les jeunes femmes défendent la relation “hors ligne” ardemment mais se disent comme “handicapées” à la mettre en pratique, il est très difficile voire impossible d’aller vers un garçon pour établir une relation, une communication. On ne sait pas faire.

        • La question s’est posée: est-ce même de la sociabilité ? Puisque la nécessité de protection l’emporte sur l’engagement ? (est sous-entendu ici que la rencontre présuppose un engagement).

        • Vit-on pleinement une relation dans le virtuel, une relation “en ligne” ?

        • Peut-on vivre le moment présent ? Savons-nous le faire ?

        • Où est passée la poésie ?

        • L’engagement demande un effort, aussi la conversation devient compliquée.

        • La société est une instance de “grand” groupe, un collectif et dans les réseaux sociaux on a affaire à des petits groupes. C’est différent. 


        Conclusion sur le fond 

        Selon la nature de la relation (faible, forte, amour, amitié, travail) et la représentation du lien social attachée, il est plus ou moins facile selon le goût pour le médium de créer des sociabilités “hors ligne” ou “en ligne”.  S’il est souhaitable de téléphoner à l’inspecteur des impôts plutôt que de prendre un rendez-vous, la sociabilité “en ligne” pour vivre une relation amoureuse  “C’est mieux que rien”.


        La capacité à créer des liens en ligne est facilité par l’offre de rencontre (mécanisme de proposition des réseaux sociaux), par le faible effort nécessaire pour le faire ( je n’ai pas à sortir de chez moi, ni même à m’habiller) et par le faible impact sur la socialité existante : “Quand je romps avec une connaissance rencontrée hors ligne, c’est toujours compliqué? C’est toujours un ami d’un ami ou un cousin d’une copine …Sur le web, il suffit de ne plus répondre et voilà, on a rompu.”

        Cette facilité nous fait penser que la théorie du nombre de Dunbar trouvait peut-être une nouvelle limite. Mais que si le nombre d'amis n’est plus limité par l’effort à fournir pour conserver ses amitiés : “Avec facebook, je reprends contacts quand je veux”, la multiplicité des liaisons sociales aboutirait peut être  à une dilution de la valeur du lien. 

        Un peu comme si notre sociabilité était un potentiel émotionnel limité que nous devrions partager entre toutes nos relations devenues soudainement trop nombreuses.

        Il y aurait donc une baisse de la valeur de la liaison sociale compensée par un plus grand nombre de liaisons, la facilité de s’en créer de nouvelles et de conserver et réactiver les anciennes.




        Conclusion générale

        Plus facile à créer, moins exigeante les relations en-ligne nous poussent à nous poser la question de la perte de faculté que nous apporte toujours la technologie. Comme nos annuaires privés sur nos téléphones portables nous privent de notre mémoire (Combien savions-nous de numéro de téléphone avant nos portables et combien aujourd’hui ?) les propositions de nouvelles liaisons faites par les outils de réseaux sociaux nous privent de notre capacité à aller vers les autres et à maintenir sans assistance ces liaisons sociales.


        Des outils trop puissants peuvent nous ôter notre habileté.


        Une fois rapportée à la valeur de l’effort, la liaison sociale n’a plus que la valeur du faible temps nécessaire. Elle est de plus toujours mise sous pression par la question : “En cherchant encore un peu, ne vais-je pas trouver mieux”.


        Notre sociabilité hors ligne nous apparaît alors  lourde, empruntée et risquée et celle en ligne sans valeur.