Rechercher dans ce blog

mardi 30 mai 2017

17 juin 2017 - Biais cognitifs, peut on les éviter?

Le club de juin est pour nous une nouvelle expérience. Nus allons tous lire le même livre et en débattre.
Le livre qui nous sert de référence au débat. Une version pdf est disponible chez Eyrolles.


En anglais ......


On peut aussi lire et écouter .....



Est il possible de ne plus se tromper. Comment faire pour être sûr de ses choix ?

Le plus souvent nous avons des sentiments, des sensations ou ce que notre auteur appelle des "tunnels cognitifs" qui brouillent notre esprit. C'est tunnels cognitifs sont créés par des biais cognitifs.


   

Les choix sont complexes et déterminés par une multitude de critères qui vont nous pousser à choisir de façon assez vagues par l'utilisation d'heuristiques ?
Une heuristique de jugement désigne une opération mentale, rapide et intuitive. Mais qui va trop vite .....

Alors comment marche la construction de nos opinions?
Si nous avions tous la même logique et les mêmes informations de départ ne devrions nous pas avoir les mêmes opinions?

Quelques biais :

Ad Populum : Tout le monde le pense donc c'est vrai.
Google nous propose les mots les plus tapés à la suite de notre début de recherche

Achetez le, tout le monde l'achète


Le biais de confirmation, également dénommé biais de confirmation d'hypothèse, désigne le biais cognitif qui consiste à privilégier les informations confirmant ses idées préconçues ou ses hypothèses



D'autre biais :


et des biais il y en plein ...... 

  • Effet d'ambiguïté (en) — tendance à éviter les options pour lesquelles on manque d'information
  • Ancrage mental — influence laissée par la première impression
  • Préjugé — jugement pré-établi envers une personne ou tout un groupe en raison de son appartenance à une population particulière
  • Biais d'attribution (Attribution causale) — façon d'attribuer la responsabilité d'une situation à soi ou aux autres
  • Biais d'autocomplaisance — se croire à l'origine de ses réussites mais pas de ses échecs
  • Biais de statu quo — la nouveauté est vue comme apportant plus de risques que d'avantages possibles et amène une résistance au changement
  • Biais d'immunité à l'erreur — ne pas voir ses propres erreurs
  • Biais égocentrique — se juger sous un meilleur jour qu'en réalité
  • Biais rétrospectif ou l'effet « je le savais depuis le début » — tendance à juger a posteriori qu'un événement était prévisible
  • Effet de halo — une perception sélective d'informations allant dans le sens d'une première impression que l'on cherche à confirmer
  • Effet de simple exposition — avoir préalablement été exposé à quelqu'un ou à une situation le/la rend plus positive
  • Effet râteau — exagérer la régularité du hasard
  • Effet Dunning-Kruger — les moins compétents dans un domaine surestiment leur compétence, alors que les plus compétents ont tendance à sous-estimer leur compétence
  • Erreur fondamentale d'attribution (ou biais d'internalité) — accorder plus d'importance aux facteurs internes à l'orateur (intentions, émotions) qu'à son discours ou à ses actes (faits tangibles). Couramment utilisé pour décrédibiliser les éléments rationnels par des éléments émotionnels, qui sont en pratique souvent imaginés et attribués sans preuve à l'orateur puisque ses émotions internes sont difficilement discernables a priori.
  • Illusion de savoir — dans situation en apparence identique à une situation commune, réagir de manière habituelle, sans éprouver le besoin de rechercher les informations complémentaires qui auraient mis en évidence une différence par rapport à la situation habituelle. Il peut ainsi faire état d'une mauvaise croyance face à la réalité.
  • Effet retour de flamme (en) — croyance initiale renforcée en face de preuves pourtant contradictoires.
Les autres biais ..... https://fr.wikipedia.org/wiki/Biais_cognitif#Liste_de_biais_cognitifs

On en parle !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire