Rechercher dans ce blog

samedi 19 mai 2018

30 juin 2018 - Internet peut-il nous voler notre âme?

Pour certains d'entre nous donner des informations aux Géants du Web (Les Gafam Gooogle, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft), c'est un peu comme pour les indiens d’Amérique du nord se faisant photographier, ils sont persuadés d'y perdre notre âme.

Big Bear avait-il peur de se faire
voler son âme par le photographe?
 Mais attention , comparaison n'est pas raison .... 


Dans la photo de BIG BEAR c'est pas lui le produit?

A-t-on raison de se méfier? ou ne risquons nous pas plus de nous faire voler notre âme par les GAFAM que BigBear par le photographe ?

Attention nous ne parlons pas ici de l'abrutissement que provoque un abus d'écran ou de nouvelles sans aucun intérêt,. Non ! nous parlons de la photo de nous même que nous laissons à tous ceux qui nous donnent ces services gratuits ou faiblement payant. A quoi peut servir cette photo ?
Sommes nous en danger ?  Y a t il lieu de réagir et si ou comment réagir ?



  

2018 - Facebook et son patron sont pris dans une tourmente mondiale. Tout commence ici, en Angleterre. Une société spécialisée dans l'analyse de données, Cambridge Analytica, est payée en 2016 par Donald Trump et ses équipes. Sa mission : cibler les électeurs et influencer leurs votes.

De quoi on parle ? Que permettent les données collectées par Facebook aux publicitaires?

L'Europe réagit :
Règlement général sur la protection des données

Le règlement no 2016/679, dit règlement général sur la protection des données (RGPD), est un règlement de l'Union européenne qui constitue le texte de référence en matière de protection des données à caractère personnel1. Il renforce et unifie la protection des données pour les individus au sein de l'Union européenne.
Après quatre années de négociations législatives, ce règlement a été définitivement adopté par le Parlement européen le 14 avril 2016. Ses dispositions sont directement applicables dans l'ensemble des 28 États membres de l'Union européenne à compter du 25 mai 2018.


20ième Rencontre sur les Nouvelles Pratiques Philosophiques

20ième Rencontre sur les Nouvelles Pratiques Philosophiques
au Moulin du Chapitre 

A Sorèze 81540 (dans le Tarn, entre Toulouse et Carcassonne) 

Séminaire autogéré, sous la direction de Michel Tozzi
Le programme est ici


mercredi 9 mai 2018

Documentaire à finir ...


AU Club Discussion nous utilisons beaucoup de documentaires tournée par des indépendants ou des chaîne d'information plus traditionnelle comme Arte, pour nous aider à voir le monde comme il est plutôt que comme on voudrait qu'il soit.

Je relaye donc un projet qui me semble "valoir le coup" le mail qui suis est celui du réalisateur.

--------------------------------------------------------------------------------------
Bonjour,

Je suis bénévole à la Cimade, permanence  Belleville -Fessart à Paris  et réalisateur . J'ai pensé que mon nouveau documentaire  pourrait vous intéresser . Il y a 2 ans , j'ai eu l’idée et le désir de faire un film avec et sur les personnes migrantes et les militant.es qui les accueillent  dans  une permanence de sans -papiers.

J’ai filmé pendant plus d’un an des rencontres, des parcours de vie, des engagements .
Le tournage est terminé mais il manque aujourd’hui la partie post-production qui est la partie la plus difficile financièrement car elle fait appel à des postes, compétences et moyens techniques incompressibles : montage, étalonnage, mixage, copies.
C’est pourquoi j’ai lancé  une campagne de financement collectif en partenariat avec la Cimade  pour permettre que ce film soit terminé et puisse être diffusé largement ! La Cimade national devrait relayer cet appel la semaine prochaine . L île de France l’a relayé par email à tous ses membres la semaine dernière  .
Voici le lien qui explique tant le film que la démarche : https://www.leetchi.com/c/murs-de-papiers
Si le film se déroule dans une permanence Cimade, cela n’est pas explicitement nommé . On ne sait pas de quelle permanence il s’agit, ce n’est pas le lieu géographique qui est important, c’est le lieu d’engagement politique, législatif et philosophique des permanences d’aide aux sans-papiers  qui m'intéresse.

Au-delà d’une participation de votre part si vous le souhaitez, merci à vous de relayer largement cet appel pour que la somme nécessaire de 12000 euros puisse être réunie.

Si vous avez des questions  n'hésitez  pas à me contacter , j'y répondrai avec plaisir.

Olivier Cousin
0660991676




vendredi 20 avril 2018

19 mai 2018 : Souvenir de Mai 68 ? On commémore quoi ?



«Qu’on se rassure, il n’est pas question de décorer Cohn-Bendit avec un pavé d’or ! Mais il se trouve que quelque chose est advenu il y a cinquante ans.» «Ni célébration, ni déploration ; ni Waterloo, ni Austerlitz.» 



Quelques mots du Général

Si on sait ce que ce n'est pas, Cela ne dit en rien ce que cela serait. 
Historiquement et officiellement les nations ne fêtent ni ne se souviennent de leurs défaites.  

Alors on commémore quoi?

Les violences policières, les grèves?, le soulèvement populaire?; la désobéissance civile ?, des idées?, le courage des opposants?, la casse?, la fête?, la libération sexuelle?, la victoire de qui ? de quoi ... ?




Nicolas Sarkozy voulait, en 2007: "liquider l'héritage de Mai 68". Pour vous, c'est quoi l'héritage de Mai 68?


Des questions : 

68?, qu'elle est la spécificité de la France ?
68?, qui manipule qui ?
68?, La commemoration, un devoir , un dilemme, une bêtise ?
68?, année érotique ?
68?, vivre loin des eaux glacées du calcul égoïste, ça a marché ou ça a raté ?
68 ?, "l'imagination au pouvoir", ca veut dire quoi ?
81?, la fin de 68 ?

Références

https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/comment-commemorer-mai-68

Benjamin Stora : "Mai 68 ? C'est une véritable sortie de solitude"

Conférence du philosophe Jacques Rancière le 19 janvier 2018 au Centre Marc Bloch.

dimanche 18 mars 2018

31 mars 2018 - Les enfants, les familles et les écrans



On passe toujours plus de temps devant nos écran pourquoi ? que se passe t il dans nos esprit ? Et IL semble que ce n'est pas bon pour nous. Comment réguler ! Qu'est ce qui se passe?


En 2016, 20 % des Français passaient 57 heures et plus par semaine devant un écran, ce qui correspond à au moins 8 heures passées par jour. https://fr.statista.com/statistiques/707714/temps-total-passe-sur-un-ecran-france/

Les effets 


Et si l'humanité était en train de basculer vraiment dans l'imbécillité, comme l'imaginait en 2006 la cruelle fiction de Mike Judge "Idiocracy" ? Depuis vingt ans, les scientifiques constatent avec inquiétude que les capacités intellectuelles ne cessent de diminuer à l'échelle mondiale. Une baisse du QI a été observée dans plusieurs pays occidentaux.






Ok et de l'autre coté ....

Des bienfaits des jeux vidéo

Les jeux vidéo développent le volume de la matière grise

Pour avoir un énooooorme cerveau, nul besoin d'avaler des encyclopédies, il suffit de jouer à Super Mario. C'est en substance la conclusion d'une étude allemande qui a collé un groupe de joueurs devant une Nintendo 64 pendant 30 minutes par jour pendant deux mois. 
Les jeux vidéo réduisent la douleur et le stress

Une étude de 2010 nous apprend que la pratique du jeu vidéo a permis à des patients contraints de suivre une chimiothérapie à surmonter le stress et d'être mieux préparé à mener le combat contre la maladie.

Les jeux vidéo améliorent les résultats scolaires

Si vous refusez de céder aux demandes de votre gamin par crainte que les jeux prennent le pas sur les devoirs, vous faites fausse route : selon une étude menée par un chercheur de Niort, un enfant disposant d'une console chez lui a 4 fois moins de chances de redoubler que son camarade privé de jeux vidéo.


Les jeux vidéo développent les aptitudes sociales

Bon, là dessus, les deux chercheurs publiés par l'American Psychologist sont un peu moins convaincants,


Les jeux vidéo aideraient les enfants dyslexiques à lire

L'Université italienne qui a pondu cette étude a utilisé une méthode originale. Des enfants ont été séparés en deux groupes, les premiers jouaient à un truc chiant, genre le monopoly en ligne, et les autres à un truc un peu plus vivace, en l'occurence Rayman


Les jeux vidéo rendent plus intelligents, mais pas tous

  1. Une université à Londres a mené une expérience élémentaire : faire jouer un groupe de personnes à Starcraft, jeu de stratégie en temps réel et un autre aux Sims, simulateur de vie. Et bien croyez-le ou pas, les gens qui ont joué au jeu de stratégie ont ensuite montré une plus grande flexibilité cognitive, la capacité à passer efficacement d'une tâche à une autre, que ceux qui ont joué au jeu complètement con. Ça valait bien le coup de leur filer une bourse de recherche pour parvenir à cette conclusion.

La régulation 


jeudi 8 mars 2018

17 Mars 2018 - Les régimes de gauche en Amérique latine durant la première décennie du XXIème siècle.

Nicolas Pognon nous présente une retrospective sur les gouvernement de gauche en Amérique du sud.

Avec le décès d’Hugo Chavez le 5 mars 2013, et les derniers résultats électoraux en Amérique latine, on assiste à la fin d’une période marquée par le retour des gouvernements de gauche au pouvoir. Au sortir de années de plomb, ce sous-continent a connu une phase de démocratisation avec de multiples transitions politiques. Ces régimes, s’inscrivant dans des changements politiques et géopolitiques,  ont constitué, dans une certaine mesure, des réponses aux crises socio-politiques qui ont émaillées l’histoire latino-américaine immédiate.



 


samedi 3 février 2018

17 février 2018 - La décroissance, n'est-ce qu'une triste solution?


La décroissance qu'est ce que c'est ?


Le mot « décroissance » est un néologisme né en 1972 et repris en 1979,
renvoyant à un concept à la fois politique, économique et social, selon lequel la croissance économique constitue davantage une source une source de nuisances que de bienfaits pour l'humanité.

3 minutes pour comprendre

La décroissance est-ce une solution? Est-ce possible ? Est-ce triste ?


Témoignages : 

Nos amis se fichaient de nous. Maintenant, ils nous envient

Francis, 41 ans, marié, deux enfants. Lui et sa femme ont quitté Paris il y a quinze ans pour vivre en lisière de la forêt de Fontainebleau, dans une maison construite de ses mains.

« On a longtemps vécu à Paris. On y a fait nos études aux Arts déco. En 1991, je me suis installé ici quatre jours par semaine, dans une cabane construite par mon grand-père, au milieu du jardin. Mes parents venaient de mourir d’un cancer, à peine âgés de 50 ans, à quatre ans d’intervalle. Les voir mourir comme ça… On ne pouvait plus envisager notre vie de la même façon. Passer son temps à travailler, comme eux, ne pas profiter de la nature, de la vie… Charlotte est venue me rejoindre. Tous nos amis se fichaient de nous !
J’ai commencé à travailler le bois. Puis, après la naissance de nos filles, l’idée d’une maison en rondins s’est imposée : des matériaux naturels ne nécessitant aucune énergie, 100 % recyclables, une isolation naturelle parfaite. Je l’ai construite en deux ans. Ce choix correspond absolument à nos désirs de simplicité, d’harmonie, de protection de l’environnement. Nous élevons nos enfants dans cet esprit : respect de la nature, vie avec les saisons, pas de gaspillage… Je construis une cuve et un bassin de récupération de l’eau de pluie. On pratique beaucoup le voisinage : je te donne des tomates, tu me prêtes la main. Financièrement, ce n’est pas toujours facile. Charlotte est free-lance pour des magazines, je cultive des légumes… Mais on est tellement plus heureux ! Le plus marrant, c’est que nos amis qui nous prenaient pour des dingues nous envient et nous demandent des conseils pour en faire autant ! »

Je voulais travailler pour vivre et non l’inverse

Marc, 40 ans, marié, deux enfants. Ancien cadre supérieur chez Elf-Aquitaine, il est aujourd’hui enseignant en éthique des affaires à Barcelone.

« A ma sortie de Sup de Co, j’ai été engagé chez Elf- Aquitaine comme cadre supérieur dit “à haut potentiel”, très bien payé. Pourtant, il me manquait quelque chose… 
Je voulais m’enrichir intellectuellement, travailler pour vivre et non l’inverse. J’ai démissionné. En même temps, Sybille, ma femme, quittait son travail de directrice commerciale pour commencer un DEA en économie de l’environnement.

J’ai alors repris des études à l’Institut européen des affaires. Nos ressources ont été divisées par deux mais, de nouveau, j’étais libre. A la fin de mon doctorat, j’ai choisi délibérément un poste moins prestigieux que d’autres, à l’université de Barcelone où j’enseigne l’éthique des affaires. Nous vivons très simplement, sans télévision ni radio, avec ce même désir d’être le plus possible en accord avec nous-mêmes, avec notre famille. Depuis quelque temps, j’ai entamé un nouveau processus : me détacher de “l’avoir”, de la reconnaissance sociale flatteuse, pour aller vers “l’être”. Aujourd’hui, 
j’essaie même de me détacher du “faire” pour aller encore plus vers “l’être”. Je quitte peu à peu le domaine de la compréhension intellectuelle pour me diriger vers une 
plus grande contemplation, une capacité à m’émerveiller de ce que je ne comprends pas, comme les émotions, ou simplement la beauté d’un paysage. Abandonner les “objectifs”, déverrouiller la porte, laisser entrer les “autres”. Auparavant, j’étais à la recherche du bonheur, maintenant, je suis davantage à la recherche de ma vie. »