Rechercher dans ce blog

samedi 3 février 2018

17 février 2018 - La décroissance, n'est-ce qu'une triste solution?


La décroissance qu'est ce que c'est ?


Le mot « décroissance » est un néologisme né en 1972 et repris en 1979,
renvoyant à un concept à la fois politique, économique et social, selon lequel la croissance économique constitue davantage une source une source de nuisances que de bienfaits pour l'humanité.

3 minutes pour comprendre

La décroissance est-ce une solution? Est-ce possible ? Est-ce triste ?


Témoignages : 

Nos amis se fichaient de nous. Maintenant, ils nous envient

Francis, 41 ans, marié, deux enfants. Lui et sa femme ont quitté Paris il y a quinze ans pour vivre en lisière de la forêt de Fontainebleau, dans une maison construite de ses mains.

« On a longtemps vécu à Paris. On y a fait nos études aux Arts déco. En 1991, je me suis installé ici quatre jours par semaine, dans une cabane construite par mon grand-père, au milieu du jardin. Mes parents venaient de mourir d’un cancer, à peine âgés de 50 ans, à quatre ans d’intervalle. Les voir mourir comme ça… On ne pouvait plus envisager notre vie de la même façon. Passer son temps à travailler, comme eux, ne pas profiter de la nature, de la vie… Charlotte est venue me rejoindre. Tous nos amis se fichaient de nous !
J’ai commencé à travailler le bois. Puis, après la naissance de nos filles, l’idée d’une maison en rondins s’est imposée : des matériaux naturels ne nécessitant aucune énergie, 100 % recyclables, une isolation naturelle parfaite. Je l’ai construite en deux ans. Ce choix correspond absolument à nos désirs de simplicité, d’harmonie, de protection de l’environnement. Nous élevons nos enfants dans cet esprit : respect de la nature, vie avec les saisons, pas de gaspillage… Je construis une cuve et un bassin de récupération de l’eau de pluie. On pratique beaucoup le voisinage : je te donne des tomates, tu me prêtes la main. Financièrement, ce n’est pas toujours facile. Charlotte est free-lance pour des magazines, je cultive des légumes… Mais on est tellement plus heureux ! Le plus marrant, c’est que nos amis qui nous prenaient pour des dingues nous envient et nous demandent des conseils pour en faire autant ! »

Je voulais travailler pour vivre et non l’inverse

Marc, 40 ans, marié, deux enfants. Ancien cadre supérieur chez Elf-Aquitaine, il est aujourd’hui enseignant en éthique des affaires à Barcelone.

« A ma sortie de Sup de Co, j’ai été engagé chez Elf- Aquitaine comme cadre supérieur dit “à haut potentiel”, très bien payé. Pourtant, il me manquait quelque chose… 
Je voulais m’enrichir intellectuellement, travailler pour vivre et non l’inverse. J’ai démissionné. En même temps, Sybille, ma femme, quittait son travail de directrice commerciale pour commencer un DEA en économie de l’environnement.

J’ai alors repris des études à l’Institut européen des affaires. Nos ressources ont été divisées par deux mais, de nouveau, j’étais libre. A la fin de mon doctorat, j’ai choisi délibérément un poste moins prestigieux que d’autres, à l’université de Barcelone où j’enseigne l’éthique des affaires. Nous vivons très simplement, sans télévision ni radio, avec ce même désir d’être le plus possible en accord avec nous-mêmes, avec notre famille. Depuis quelque temps, j’ai entamé un nouveau processus : me détacher de “l’avoir”, de la reconnaissance sociale flatteuse, pour aller vers “l’être”. Aujourd’hui, 
j’essaie même de me détacher du “faire” pour aller encore plus vers “l’être”. Je quitte peu à peu le domaine de la compréhension intellectuelle pour me diriger vers une 
plus grande contemplation, une capacité à m’émerveiller de ce que je ne comprends pas, comme les émotions, ou simplement la beauté d’un paysage. Abandonner les “objectifs”, déverrouiller la porte, laisser entrer les “autres”. Auparavant, j’étais à la recherche du bonheur, maintenant, je suis davantage à la recherche de ma vie. »


[PROD - CA] Tuto Audacity

https://docs.google.com/document/d/1vHlsH03ByyaSe78DZvF0R7Q4NRF-I7Skq1boP6Xv-6Y/edit

SolInfo
Xavier.M.
Tutoriel pour Audacity:

Sommaire:


samedi 6 janvier 2018

27 janvier 2018 -Désobéissance civile ? L'état est il de plus en plus illégitime?


Barrage de Sivens, aéroport de Notre Dame des Landes, l'agriculteur Cédric Herrou condamné à 4 mois de sursis pour aide aux migrants, renouvellement de la licence du glyphosate sont quelques cas ou en France la désobéissance civile semble  "avoir raison" de la raison d'état.

Désobéissance civile ? L'état est-il de moins en moins légitime?

C'est quoi désobéir ? pourquoi obéir ?
Si la désobéissance a raison et l'état a tord ... qu'elle conclusion doit on en tirer ?
Sinon d'ou nous viendrait cette impression ? ...

La vidéo qui rend justice à la ZAD de Notre-Dames-Des-Landes



Thoreau (1817-1862)Emprisonné pour avoir refusé de payer un nouvel impôt destiné à financer la guerre contre le Mexique, le philosophe américain affirme avec La Désobéissance civile, en 1849, les droits de l’individu face au gouvernement. Selon lui, « nous devrions être hommes d’abord et sujets ensuite » : en exhortant chacun à faire de sa vie un « contre-frottement pour stopper la machine », il appelle à une « révolution pacifique ».
Un État est légitime quand le peuple y est souverain, c'est-à-dire quand les lois sont l'expression de la « volonté générale « (Rousseau). Mais dans le cas de Notre Dame des Landes c'est bien un consultation de la volonté générale qui semble aujourd'hui être l'élément de blocage.  Ce problème n'est pas uniquement franco-français. En Iran ou le Président est élu au suffrage universel, la prix Nobel de la paix Shirin Ebadi appelle à la désobéissance civile. Aux Etats-Unis, l'affaire Snowden partage les citoyens. On pourrait aussi parler d’Israël qui se déclare démocratie et ne respecte pas (comme les états-unis) les décisions de l'ONU.  Un état qui ne respecte pas l'ONU est-il encore légitime ?

Les critères de la légitimités


La force 

Celui qui possède la force physique ou psychologique : "Le monde se divise en deux catégories. Ceux qui ont un pistolets chargé et ceux qui creusent." OK, c'est légitime mais est-ce juste ?



Dieux et le droit Divin 

Le Vatican justifie aussi le pouvoir du Pape par le Droit divin, de même que toute institution religieuse pour ses « ministres ». On retrouve cela en Angleterre, chez les musulmans ( "Les conceptions issues du Coran concernant la fusion des rôles spirituels et temporels en les mains du Calife mènent également à des régimes légitimés par le droit divin." Wiki) et bien sûr aux Etats-Unis. Au fait Dieu n'est pas mort ? Non, il bouge encore.


La durée 

Cela a toujours été ainsi donc cela est bon..... Ce principe est bien sûr stupide et ne tient plus. Les changements sociétaux forts sont si nombreux ces dernières années que cette façon  de ne pas penser a perdu beaucoup de force. En voici quelques exemples :


  • Homosexualité :

Considérée comme une pathologie psychiatrique jusqu’en 1973 aux USA et jusqu’en 1992 en France la déclaration qu'un homosexuel est un malade est considéré aujourd'hui comme un délit.


  • Protection de la nation :

En France le service militaire est mis en place en juillet 1872. Les réfractaires aux service militaire se verront punis de plusieurs années de prison jusqu'en juin 2001 date à laquelle il sera supprimée.

Fin de la monarchie, avortement, sécurité sociale, apprentissage dans les école, les choses changent trop pour que la durée soit un élément de légitimité.

La légalité

Serait légitime seulement ce qui est licite? La révolution Française de 1789 et la résistance  de 1940 organisée depuis Londres ne seraient pas légitime? Le légitime déborde et dépasse le légal. En effet, une loi peut être légale sans pour autant être légitime et inversement, la violation de la légalité peut être légitime.

Conclusion 

«L’autorité ne s’exerce légitimement que si elle recherche le bien commun du groupe considéré et si pour l’atteindre elle emploie des moyens moralement licite» (Gaudium et Spes 74)

Le bien commun une donnée bien vague peut-être même un oxymore.  Des moyens licites? La légalité comme moyen du légitime, l'on vient de voir que cela ne fonctionne pas vraiment. Alors qu'est ce qui fait que l'on est légitime ? Qu'elle est la plaçe de la Désobéissance civile ?
  

Quelques liens de désobéissants












Obéir ou désobéir est-ce facile ?


jeudi 14 décembre 2017

23 décembre 2017 - Est-ce notre société qui rend les enfants difficiles à vivre ou elle qui ne les supporte plus ?

Enfants, Adolescents, Trouble du comportement, doit on traiter ou changer la société?

La lecture proposée par notre invité

"Les causes des troubles mentaux peuvent être appréhendées de plusieurs points de vue qui ne sont pas mutuellement exclusifs et possèdent chacun leur pertinence : neurobiologique, psychologique et sociologique. Toute maladie, même la plus somatique, affecte le patient de manière unique. A fortiori la souffrance psychique ne peut trouver son sens et son dépassement que dans l’histoire singulière de la personne. Comme le disait le neurobiologiste Marc Jeannerod, « le paradoxe est que l’identité personnelle, bien qu’elle se trouve clairement dans le domaine de la physique et de la biologie, appartient à une catégorie de faits qui échappent à la description objective et qui apparaissent alors exclus d’une approche scientifique. Il n’est pas vrai qu’il est impossible de comprendre comment le sens est enraciné dans le biologique. Mais le fait de savoir qu’il y trouve ses racines ne garantit pas qu’on puisse y accéder"
La psychiatrie biologique : une bulle spéculative ? par François Gonon 

Y a-t-il plus d’enfants atteints de TDAH qu’avant?

« Nous n’avons pas d’études en ce sens. Je crois tout simplement que ce trouble est mieux cerné qu’avant. Cela dit, le style de vie actuel peut faire en sorte que ce trouble dérange plus qu’il ne le faisait avant. Les familles étant plus petites, la pression de la réussite subie par chaque enfant augmente. En outre, la société demande d’être plus productif. Les familles se sentent plus forcées de traiter ces enfants. »
- Dre Ann Graillon, pédiatre


Comportement provocateur, désobéissant ou perturbateur et non accompagné de comportement délictueux ou de conduites agressives ou dyssociales graves. - Avec un grande fréquence : colères, méchanceté, opposition active ou passive, susceptibilité, contestation des consignes et des règles, rejet sur autrui de ses responsabilités.

Parents dépassés, système éducatif impuissant se tournent souvent vers la médecine et la chimie pour résoudre le problème.

Mais d'ou vient le problème ? Comment le résoudre ?


Le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) est un trouble d’origine neurologique qui a 2 caractéristiques principales : 1) l’inattention et 2) l’hyperactivité ou l’impulsivité. Bien que ces types de comportements se retrouvent chez tous les enfants, ils sont chroniques et très prononcés dans le cas de ceux qui sont atteints du TDAH. Et ils se manifestent dans toutes les circonstances de leur vie (pas uniquement à la maison ou à l’école, par exemple).
Malgré les difficultés scolaires causées par un TDAH, il n’existe aucun lien entre ce trouble et l’intelligence.
On estime que de 5 % à 8 % de la population souffre de TDAH. On a longtemps cru que les garçons étaient plus touchés que les filles, mais les études les plus récentes ne relèvent pas de distinction entre les sexes.
Ce trouble est, en général, diagnostiqué vers l’âge de 7 ans, mais les enfants qui en souffrent ont souvent eu des comportements difficiles dès l’âge de 2 ans. Dans la moitié des cas, le TDAH persiste à l’âge adulte, mais il arrive que les symptômes diminuent à l’adolescence. Les connaissances sur le TDAH ont beaucoup progressé depuis quelques années et les soins se sont beaucoup améliorés.
Environ la moitié des enfants souffrant d’un TDAH ont aussi d’autres problèmes, comme des troubles d’apprentissage, de l’anxiété, de l’opposition ou des troubles affectifs. Ces problèmes entraînent souvent des difficultés de socialisation et une mauvaise estime de soi. Pour cette raison, l’évaluation des enfants peut nécessiter l’intervention de plusieurs professionnels : psychologues, professeurs, éducateurs, orthopédagogues, travailleurs sociaux, etc.

Bon de quoi on parle

http://www.douglas.qc.ca/info/trouble-deficit-attention


  


Bien sûr aussi les fameux perturbateurs ....



Sociologie.....


Quelques réflexions .....

En France, l'usage de la Ritaline (et autres marques) reste encore "limité", selon l'agence du médicament ANSM, même si le nombre de patients traités a bondi de 71% entre 2005 et 2011 pour atteindre 42.000, alors que le nombre d'enfants qui pourrait être atteints est évalué entre 190.000 et 480.000 (de 2 à 7% des enfants en âge scolaire, selon les études). Aux États-Unis, près d'un garçon adolescent sur cinq ainsi que 11% de tous les enfants d'âge scolaire souffrent de TDAH, selon des statistiques fédérales rendues publiques en avril dernier par le New York Times. En 2010, 87% des enfants diagnostiqués ont été traités par des psychostimulants comme la Ritaline ou l'Adderall, un médicament de type amphétamine. ICI

Parmi les personnes de moins de 25 ans assurées par le RPAM, la proportion prenant des médicaments spécifiques au trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) est passée de 2,7 % en 2006-2007 à 5,8 % en 2014-2015, selon un rapport de l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) du Québec. ICI



La génétique ?????

La meilleure explication de l’origine du TDAH serait génétique, laissant croire qu’une tare génétique affecterait de manière uniforme tous les humains, où qu’ils soient, et que cette tare génétique programmerait le développement du cerveau de manière à ce qu’il y ait un sous-développement des aires péfrontales du cerveau. Le TDAH serait expliqué à 75% par transmission génétique (Faraone & Mick, 2010) .... De plus, il existe bel et bien des hypothèses selon lesquelles l’activité humaine, par la pollution de l’air et de l’eau, et par la contamination des aliments aux pesticides, aurait contribué à une augmentation des cas de TDAH au cours des dernières années. Le cerveau serait particulièrement vulnérable chez le fœtus en développement, lorsque la mère serait exposée à ces contaminants. ICI

Et si on pouvait le voir le TDAH dans le cerveau y croiriez-vous? Vous ne remettriez pas en doute un diagnostic d’os fracturé si vous voyez la radiographie. Vous ne remettriez pas en doute un diagnostic de cancer si on vous montrait la masse au scan. Souvent, nous sommes ainsi faits que “voir c’est croire”, alors puisqu’il en est ainsi, laissons-nous convaincre par l’animation suivante: 



Dans cette étude, le Dr Philip Shaw et son équipe (Shaw et al. PNAS, 2007) ont utilisé une méthode d’imagerie (scan) pour mesurer l’épaisseur du cortex à différents endroits (sur 40 000 points) et à différents âges. Ils ont établi une épaisseur corticale moyenne à chaque âge entre 5 et 13 ans, en comparant les enfants diagnostiqués du TDAH, à des enfants contrôles, donc sans TDAH. Sur l’animation ci-haut, plus une zone est foncée, plus les connexions neuronales y sont développées (et donc plus le cortex est épais). Le résultat ainsi obtenu frappe par sa saillance, et l’animation ainsi produite parle d’elle-même.
On y voit se dérouler la maturation accélérée des aires frontales entre les âges de 5 et 10 ans chez le groupe d’enfants contrôles, alors qu’un retard de maturation de ces mêmes aires est manifeste et indiscutable chez le groupe d’enfants atteints du TDAH ICI

La réponse de la "source génétique" et des informations en général sur le TDHA par François Gonon 

Cliquez ICI  puis ICI et ICI
Cliquer ICI



Quelques liens






jeudi 30 novembre 2017

2 Décembre 2017 - [Débat Jeune Ariège] Pourquoi mourir?


Les jeunes ariégeois se poseront la question sur le sens de la mort.

Quelques réflexions 


"L’expérience de la naissance est la première expérience de l’émergence de la mort", déclarait Françoise Dolto dans Parler de la mort (Mercure de France, 1998). 

Vivre 1000 ans

Grâce à la philosophie. "On peut apprendre à mourir", assure Montaigne.

Etre un homme c’est craindre la mort et inventer des rituels pour marquer son passage. 

"Je tiens à être enterrée pour qu’on vienne me voir, qu’on se souvienne. Le nom sur la tombe continue de maintenir une sorte d’existence". 
"Je voudrais être incinérée pour que mes cendres soient dispersées, pour être libre" 

"Chaque individu veut mourir de sa mort “à lui”", constatait Freud dans ses Essais de psychanalyse (Payot, 1989)

"Nous avons psychologiquement besoin de la mort pour vivre"

"De la loi de la fin est née notre propre existence. Le fait que nous nous définissons comme "existant" n'est possible que parce que nous avons conscience de l'éphémérité de notre être, nous savons que au bout du chemin il n'y a plus rien. 
Aussi, l'Eternité, cette chose que beaucoup voudrait, ne serais en définitive qu'une Non-Existence, une Non-Vie. Nous ne sommes là que parce que un jour ne serons plus, là est tout le paradoxe.
De plus de notre éphémérité naît notre aptitude au changement et à "l'innovation", de notre créativité, de nos inventions, de notre compréhension du monde physique, de notre marche vers un avenir que nous voulons grand, tout cela tient au simple fait que nous sommes petits et ridiculement passagés. En fait, notre marche effrénée vers la modernité n'est que la traduction individuel d'une volonté de changement, parce que nous sommes des poussières nous voulons créer des falaises. 
L'Eternité, ou au moins la longévité extrême, ne seraient que des foyer d'immobilismes et de conservatismes parce que, existant pendant longtemps, nous ne ressentissions plus le besoin de saisir l'Eternité, de forger l'immuable, de laisser "une marque", parce que nous ne serions là et que nous y resterions." Anonyme Forum Web

"Si la mort est là, c’est que je ne suis plus là, il m’est donc impossible de la rencontrer. La sagesse consiste donc à acquérir de la distance à l’égard de l’idée de la mort. Car si l’homme est occupé à penser à la mort, il ne peut être heureux." Extrait de la Lettre à Ménécée, par Epicure :

Et l’éternité ?

"Selon leurs calculs, si jamais les électrons meurent, ce n’est pas avant d’avoir vécu au moins 66 milliards de milliards de milliards d’années. L’expérience fait reculer ce seuil d’un facteur 100 par rapport à la précédente estimation. Pour rappel, notre Univers, qui nous semble très vieux, n’affiche même pas 14 milliards d’années au compteur" Pierre Barthélémy

"Il existe une maladie génétique rare pour qui le corps ne semble pas vieillir au même rythme, à l'inverse de la progéria. Les médecins, qui n'ont pas encore inventé de nom pour ce syndrome, parlent d'immortalité biologique. Chez quatre cas recensés dans le monde, leur processus de sénescence est ralenti avec un développement près de cinq fois plus long que pour une personne normale" 

Et si finalement .... on chercher comment mourir heureux


Vivre avant de mourir .... 

c'est mourir sans regret et accompli. Qu'est ce qui est essentiel!
Se préparer à mourir c'est vivre ce que l'on à vivre réussir sa vie.

Quelles sont les 5 choses que vous voudriez ou devriez absolument faire avant de mourir ?


Quelle serait pour vous la meilleure façon de mourir ?

  •  Une mort violente
  •  Une mort accidentelle
  •  Mourir dans son sommeil
  •  Mourir de sa belle mort
  •  Mourir jeune
  •  Mourir vieux
  •  Mourir en bonne santé
  •  Mourir de rire
  •  Une mort rapide et indolore
  •  Décider vous-même quand et comment vous allez mourir.
  •  Autres __________________________________.


Qu’est-ce pour vous qu’une vie bien remplie ?

Qu’est-ce pour vous qu’une vie ratée ?

CE SOIR À SAMARKAND

Un matin, le khalife d'une grande ville vit accourir son premier vizir dans un état de
vive agitation. Il demanda les raisons de cette inquiétude et le vizir lui dit :
- Je t'en supplie, laisse-moi quitter la ville aujourd'hui même.
- Pourquoi ?
- Ce matin, en traversant la place pour venir au palais, je me suis senti heurté à
l'épaule. Je me suis retourné et j’ai vu la mort qui me regardait fixement.
- La mort ?
- Oui, la mort. Je l'ai bien reconnue, toute drapée de noir avec une écharpe rouge.
Elle est ici, et elle me regardait pour me faire peur. Car elle me cherche, j'en suis sûr.
Laisse-moi quitter la ville à l'instant même. Je prendrai mon meilleur cheval et je
peux arriver ce soir à Samarkand.
- Était-ce vraiment la mort ? En es-tu sûr ?
- Totalement sûr. Je l'ai vue comme je te vois. Je suis sûr que c’était elle. Laisse-moi
partir, je te le demande.
Le khalife, qui avait de l'affection pour son vizir, le laissa partir. L'homme revint à sa
demeure, sella le meilleur de ses chevaux et franchit au galop une des portes de la
ville, en direction de Samarkand.
Un moment plus tard, le khalife, qu'une pensée secrète tourmentait, décida de se
déguiser et de se rendre sur la grande place au milieu des bruits du marché. Il
chercha la mort des yeux et il l'aperçut, il la reconnut. Le vizir ne s'était aucunement
trompé. Il s'agissait bien de la mort, haute et maigre, de noir habillée, le visage à
demi dissimulé sous une écharpe de coton rouge. Elle allait d'un groupe à l'autre
dans le marché sans qu'on la remarquât, effleurant du doigt l'épaule d'un homme qui
disposait son étalage, touchant le bras d'une femme chargée de menthe, évitant un
enfant qui courait vers elle.
Le khalife se dirigea vers la mort. Celle-ci le reconnut immédiatement, malgré son
déguisement.
- J'ai une question à te poser, lui dit le khalife, à voix basse.
- Je t'écoute.
- Mon premier vizir est un homme encore jeune, en pleine santé, efficace et honnête.
 Pourquoi ce matin, alors qu'il venait au palais, l'as-tu heurté et effrayé ? Pourquoi
 l'as-tu regardé d'un air menaçant ?
La mort parut légèrement surprise et répondit au khalife:
- Je ne voulais pas l'effrayer. Je ne l'ai pas regardé d'un air menaçant. Simplement,
quand nous nous sommes heurtés, par hasard, dans la foule et que je l'ai reconnu, je
n'ai pas pu cacher mon étonnement, qu'il a dû prendre pour une menace.
- Pourquoi cet étonnement ? demanda le khalife.
- Parce que, répondit la mort, je ne m'attendais pas à le voir ici. J'ai rendez-vous
avec lui ce soir, à Samarkand.
Farid ud-Dîn Attar, poète et mystique soufi de la Perse, né vers 1140 et mort vers 1230.  www.metafora.ch



lundi 23 octobre 2017

25 novembre 2017, à l'école, les enfants travaillent tout le temps et ne savent rien!

V. est professeur en collège dans le sud de la France. Il est aussi parent d'élève en collège. Confiant dans l'équipe éducative de ses enfants et considérant que les devoirs à la maison sont nécessaires, il déclare cependant dépité:

"Les enfants travaillent tous le temps et ne savent rien."


Les enfants travaillent tout le temps et ne savent rien?

Les enfants travaillent tous le temps

En maternelle et au primaire, la journée d'école, d'une durée de 6 heures, est la plus longue d'Europe. Un rythme souvent dénoncé par l'OCDE. Les cours ont lieu le lundi, mardi, jeudi et vendredi, mais cela peut être modifié sur proposition du conseil d'école, en ajoutant des heures le samedi par exemple. Cette semaine de 4 jours est une exception française qui est conservé par beaucoup de mairies.

A l'école primaire, la durée de la semaine est fixée à 24 heures d'enseignement, entre 25 et 28 heures de cours hebdomadaire pour les collégiens. Au lycée, selon la série et les options choisies, l'enseignement varie entre 30 et 40 heures par semaine.

Vacances: Si l'on tient compte du nombre d'heures annuelles, la France arrive seconde derrière l'Italie, avec 958 heures annuelles d'enseignement (données Eurostat. Les élèves français bénéficient du plus grand nombre d'heures de cours en Europe sur le laps de temps le plus court.

OK ... mais cela ne s’arrête pas là. il y a les devoirs et là donc en collège on est à 5 heures par semaine et 7 heures pour un lycéen

Total pour une élève de collège - 28 + 5 = 32 heures
Total pour un élève de lycée - 40 + 7 = 47 heures - Là cela devient vraiment lourd non ?

Oui! les élèves français travaillent beaucoup! 

Les enfants ne savent rien? 

     - Voyons voir ce que dit le test PISA

PISA : est un acronyme anglais pour Programme for International Student Assessment, ensemble d'études de l'OCDE visant à mesurer les performances des systèmes éducatifs des pays membres.

Pisa or Not Pisa


Les gagnants sont : ..... Non pas la France !
Cliquez ICI pour voir la vidéo


A l’issue de tests PISA, les quelque 6 000 élèves français de 15 ans se sont ­placés à la vingt-sixième place d’un classement de 72 pays, dominé par ­Singapour et refermé par la République ­dominicaine. Un niveau équivalent à celui des Autrichiens ou des Américains.

Conclusion hâtive

Les jeunes français travaillent effectivement beaucoup et n'ont pas les résultats qu'ils sembleraient mériter. Pourquoi ?

Mais voyons voir ce qui se passent dans les pays premiers de la classe

Chine / Singapour /Shanghai

Premier partout ! En plus 88% des enfants se sentent bien à l'école! Mais avec plus de 80% des élèves du primaire qui reçoivent des cours supplémentaires, on est dans la triche. Les singapouriens sont dopés!  On ne peut se comparer avec ce système.
Très fort respect du professeur et parents très présents et enseignants très bien payés.

Japon 



Le système de maternelle/primaire/ collège/lycée/FAC et école , ressemble beaucoup à celui de la France. Une année scolaire se compose de trente cinq semaines (175 jours). La semaine scolaire compte cinq jours du lundi au vendredi, ce qui est sensiblement équivalent à la France. Seulement 10% des enfants sont dans des cours du soirQuelques points de divergence quand même :

1. Les bonnes manières avant le savoir scolaire. Il n'y a pas d'examens ou d'évaluations avant l'âge de 10 ans dans les écoles japonaises, uniquement de petits tests. Les 3 premières années de scolarité, les professeurs se concentrent davantage sur leurs manières et le développement de leur personnalité que sur leurs connaissances. Leur est enseigné, entre autres : le respect envers les autres, les animaux et la nature, la générosité, la compassion, la notion de justice et de self-control.

2. Les élèves nettoient eux-même leurs locaux. Les écoles n'embauchent pas de personnes consacrées au ménage : les élèves s'organisent entre eux pour nettoyer les salles de classe, les couloirs, les toilettes, la cafet', etc. Il y a un turn over pour que chacun puisse mettre la main à la patte et s'entraider.

3. Un déjeuner équilibré, unique et partagé en classeLes écoles assurent un repas unique et équilibré chaque jour, cuisiné par des chefs. Les élèves déjeunent en salle de classe, entre camarades et même avec le professeur. De quoi assurer une meilleure proximité prof-élèves et entre camarades de classe.

4. Le soutien scolaire après les cours est obligatoireDès la primaire, tous les élèves suivent des cours de soutien, du style workshops, après leur journée de 8 heures de cours, en soirée. Ce n'est pas obligatoire à proprement parler, mais très populaire et très recommandé, pour que le niveau de l'élève reste très bon toute l'année et/ou le permette d'intégrer de bons lycées/universités. Les élèves japonais ne redoublent presque jamais, c'est très rare !

5. Les élèves apprennent la poésie et la calligraphie. Mis à part les cours classiques, les élèves étudient l'art du shodo, la calligraphie traditionnelle avec un pinceau en bambou (ils écrivent des caractères sur des feuilles de riz). Ils étudient également le haiku, une forme de poésie combinant expressions simples et émotions profondes.

6. Le port d'uniformeBien que la question de l'uniforme prête au débat, et que les occidentaux n'y sont globalement pas favorables (notamment en France), la politique japonaise souhaite détruire les barrières sociales et favoriser l'esprit communautaire en instaurant l'uniforme dans tous les établissements scolaires du pays, tout en les plaçant volontairement dans une atmosphère de travail et de sérieux (un esprit presque militaire).

Conclusion  

Avec un coût de seulement 10% du budget national pour le japon contre 16% pour la France! Un pourcentage d'enfant supérieur se sent bien à l'école 87% contre 82% pour la France et des résultats de premier ordre ? Alors le Japon ? Des idées à prendre ? Le fait que le suicide soit la première cause de mortalité chez les 15 à 39 ans représente un réel problème. Mais on se suicide beaucoup au Japon et finalement l'école semble ne pas être la plus responsable.


Estonie


L’Estonie c'est 1,3 millions d'habitants, soit moins que le département de la Seine-Saint Denis. Ce pays au nord de l'Europe ou en période hivernale, la température peut descendre jusqu’à -20°C et où les eaux qui séparent les îles du continent se transforment en banquise gelée a un mois de décembre pendant lequel la journée dure seulement 5 à 6 heures. En revanche, en été, les journées sont particulièrement longues et les habitants en profitent pour faire la fête jusque tard dans la nuit. Seulement 38% de sa population adulte détient un diplôme d’enseignement supérieur  là ou la France atteint les 43,6%.
Comment ils font ?


TIC à Gogo : Wifi gratuit partout et cours sur tableau interactif. L'élève estonien est baigné de cours sur internet et de nouvelles technologie ! Mais attention, selon une étude européenne portant sur les 11-16 ans (www.eukidsonline.net), les enfants estoniens figurent parmi ceux qui présentent le plus de signes d’un « usage excessif d’Internet ». Pour Valdur Parasin, la dépendance n’est que le résultat du manque de temps que les parents ont à consacrer à leurs enfants. « Si un garçon est sur Internet à la maison, il ne joue pas dehors, il ne demande pas de l’argent pour s’acheter des bricoles, on n’a pas besoin de jouer avec lui », observe l’enseignant. Au-delà de ce constat, le caractère estonien pourrait favoriser la dépendance. « Après l’occupation soviétique, raconte un expert européen vivant à Tallinn, les Estoniens ont bâti leur identité en partie sur les nouvelles technologies. En allant trop vite sans doute, parce que cela ne favorise pas le lien social entre des habitants qui, déjà, ne sont pas portés naturellement sur la communication directe. »

Conclusion


Ils font souffrir les enfants Le document suivant nous montre que l'Estonie est un des pays ou les élèves ne se sentent pas très bien à l'école ! Seulement 66% des enfants déclarent se sentir bien à l'école.


Des enfants pas très heureux et addicts à internet. Les résultats sont bon ... mais est-ce le seul élément à prendre en compte!

Taiwan

Avec une place de vingt-troisième en lecture qui n'est finalement pas si glorieuse que ça, Taiwan brille pour le reste. Mais il faut savoir que si le mandarin est la langue officielle et la langue d’enseignement à l’école primaire et dans le secondaire, les autres langues parlées sont le taïwanais (Min) et des dialectes Hakka. 84 % de la population est d’origine taïwanaise (y compris Hakka), 14 % sont des Chinois continentaux, les 2 % restants sont issus d’autres ethnies locales. Bon, l'apprentissage du Mandarin, c'est sûr c'est pas simple!

Quelques différences


Le système d’éducation est centralisé et se décompose en 3 niveaux comme le notre. Cependant il y a quelques différences :

L'école n'est obligatoire que jusqu'à 12 ans. Cela pose la question des résultats au test PISA. En effet les enfants ayant des difficultés sont sans doute les premiers à ne pas continuer leur scolarité. Les test PISA concernent des enfants de 15 ans. Il est donc difficile sans savoir qu'elle est la proportion d'élèves déscolarisés à 15 ans de comprendre l'impact de cette mesure.   

De plus en plus en plus d'autonomie : En 2001 un plan a introduit une grande autonomie des autorités locales, des écoles et des enseignants pour le choix des curricula, des supports de cours et des manuels scolaires. Au-delà des questions curriculaires, ce nouveau cadre entend apporter plus de flexibilité au système éducatif taïwanais.

De moins en moins d'examens.  Même si la vidéo dit le contraire. Pour l'entrée dans l'enseignement supérieur, en juin 2009, le gouvernement a publié des lignes directrices pour des admissions sans examen, et a annoncé son intention de supprimer progressivement le système d’admissions sur examen.

Conclusion

Pas de vacances, la plus part des élèves ont des cours privés supplémentaires.
Une scolarité qui peut s'interrompre à 12 ans c'est pour nous un retour en arrière et la fin du collège unique !  Est-ce la solution?

Finlande


Pays du nord de l'Europe, de 5.5 millions d'habitants.

Beaucoup de différences


Pas de maternelle !

Le système Finlandais est différent du notre. La plus grosse différence est l'age d'entrée à l'école. Les petits finlandais commencent l’école à l’âge de 7 ans seulement et pas d'école l'après-midi.

De l'aide
Environ 30% des enfants reçoivent de l'aide et les élèves ne subissent aucune évaluation pendant les 6 premières années. Les classes de sciences sont limitées à 16 élèves pour qu’ils puissent faire des travaux pratiques à chaque période. Les élèves du primaire disposent de 75 minutes de récréation par jour.

Des résultats étonnants

66 % des élèves entament des études supérieures, le plus haut taux de l’Europe. La différence entre les élèves les plus faibles et les plus forts est la plus petite au monde. 93 % des élèves réussissent leurs études secondaires.
La vie des enseignants

La plus grosse différence est peut-être dans le métier d'enseignant :  Ils ne sont en classe que 4 heures par jour, et ont 2 h de formation continue par semaine. Les concours de recrutement attirent : Il y a eu en 2010 pas moins de 6600 candidats pour combler 660 postes au primaire. Leur place dans la société se compare à celui des médecins et des avocats.

Conclusion

Vraiment différent avec 21 élèves max par classe dans le primaire, le système finlandais présente des différences qui nous étonnent. L’absence d'école maternelle est-ce qui nous surprend le plus et nous interroge sur les problématiques d'apprentissage du vivre ensemble.

Conclusion générale qui n'en est pas une 

Les élèves travaillent beaucoup et effectivement ils ne sont pas les mieux placés.
Difficile de trouver une constante dans tout ça plus d'heures ou moins d'heures,  des cours privés en plus ou pas ... quelques pistes :

On ne veut pas que ça change
Pour Louise Tourret : "Pour changer l’école, et rendre notre système éducatif plus efficace et plus juste, il faudrait établir un consensus social et politique. Avec pour objectif de vouloir vraiment faire réussir davantage d'enfants, mais aussi de trouver les moyens d'y parvenir au sein même de notre belle école. Je ne le vois pas venir pour l'instant. J’aimerais, à l’instar de beaucoup d’observateurs politiques, me planter lourdement.

J'aimerai la réponse à la question suivante : "Qui ne fait pas consensus ?"


Les enfants ne savent pas parler
Alain Bentolila est linguiste et il pense que : "La priorité de l'école maternelle française est donc de donner à tous les enfants qui lui sont confiés une maîtrise du français oral qui leur permettra de dominer les mécanismes du code écrit pour construire du sens et non pour "faire du bruit". L'acquisition d'un vocabulaire riche et précis doit notamment être un de ses objectifs essentiels. Car l'engrenage est terrifiant. Lorsqu'on a souffert d'un déficit et d'une rigidité de langage à cinq ans, on ne peut prétendre qu'à quelques aptitudes au décodage des mots à huit ans alors que l'on devrait comprendre des textes simples."

Oui ! sauf que à Taiwan à l'école, les enfants sont aux prises avec une langue qu'ils ne parlent pas à la maison et pas si bien que ça : le mandarin. Cela ne les empêche pas d'être performants.

Le système est anxiogène
Pour le site observationsociete.fr "Il (le système &éducatif Français] se distingue surtout par le fait qu'il est parmi les plus anxiogènes : on y apprend, mais dans de mauvaises conditions. Les filières les plus sélectives (les « grandes écoles » de haut niveau) sont réservées à une poignée d’élèves socialement triés."

J'aimerai la réponse à la question suivante : "Sauf que les enfants  sont bien plus heureux à l'école qu' en Finlande par exemple, vous expliquez ça comment?"

La misère
Esther Duflo : "Il y a un énorme gaspillage de générations d'enfants qui vont à l'école et qui n'apprennent rien" 



800 millions de personnes dans le monde vivent encore avec moins de 1.90 dollars par jour. Comment réduire la pauvreté, dans un contexte de réductions...
Gérard De Vecchi, Maître de conférences en sciences de l’éducation dans un long article déclare: 'L’échec scolaire n’est donc pas un simple arrêt des apprentissages qu’il faudrait relancer. Il est le reflet d’un déséquilibre profond.  Cela nous amène donc naturellement à envisager les responsabilités liées au milieu de vie.'

Oui, c'est dur! J'ai placé une lettre de bilan de demi-trimestre faîte par un Prof Principal de 5° en annexe. La vie est difficile pour certains élèves! Est-ce que cela n'a pas toujours été difficile ?  La loi de 2005 qui prône l'inclusion d'élèves qui étaient autrefois "en institutions" n'est-elle pas une bonne loi?


....................... 

Webographie

Témoignage !

Voici de manière anonymisée, un document que je porte à votre attention dans le but d'aider à mieux mieux comprendre ce qui se passe aujourd’hui en France  dans une classe de cinquième dun collège standard.
Cliquez pour agrandir

samedi 23 septembre 2017

21 octobre 2017 - Agriculture ? Pourquoi rien ne change ?



L'agriculture (du latin agricultura, composé à partir de ager, champ et colere, cultiver) est un processus par lequel les êtres humains aménagent leurs écosystèmes et contrôlent le cycle biologique d'espèces domestiquées, dans le but de produire des aliments et d'autres ressources utiles à leurs sociétés.(Wiki)

Et si contrairement à ce que nous lisons partout l'agriculture ne changeait pas vraiment:
Aquaponie, robots, permaculture et si même le bio industriel vendu par les supermarchés, venu souvent de pays lointains n'étaient pas un changement effectif et si l'agriculture continuait à détruire la terre et l'homme?

Alors pourquoi l'agriculture ne change pas !



Le bio

L'agriculture aujourd'hui : Les Robots



La Permaculture



Aquaponie